Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog

Laponie 2008

Imag0002.jpgMusher passionné depuis 17 ans, à la tête d’une meute de douze huskies sibériens, parcourant les Pyrénées et les autres Massifs français au fil de mes randonnées.
Pour partir à la découverte de la Laponie en couple et amener ma nouvelle génération de chien au-delà du cercle polaire, sur les traces de leurs parents.


Notre projet : 

Un périple nous conduisant de nos Pyrénées jusqu’au nord de la Laponie en Mars 2008.

attelage.jpgNous partons pour essayer de vivre en total harmonie avec nos chiens et une nature aussi belle que sauvage ou il nous faudra respecter ses règles plutôt que celles de la vie citadine. Une totale immersion dont on rapportera quelques bribes à la civilisation.

Trajet-Laponie.gifNotre voyage se déroulera en plusieurs parties. Tout d’abord le trajet qui nous fera traverser plusieurs pays en camion et la traversé de la mer Baltique en ferry. Une fois sur place nous préparerons notre matériel et les chiens pour un raid de 10 jours et 400 kms en autonomie complète pour toucher du doigt notre conception de la liberté sur l’Artic Trail entre Enontekiö et Kilpisjarvi puis nous prendrons une location pour avoir un point de chute et un endroit pour se réchauffer. Nous ferons des randonnées autour du Parc « Pallas Ounatunturi » au sud d’Enontekiö

Le récit de nos aventures et découvertes sera proposé à quelques journaux et magazines (presse locale, revue animalière : Vos Chiens Magazine, Atout Chiens, l’Auxiliaire Vétérinaire, …) ainsi que sur « la Toile ». Nous voulons partager notre amour du chien nordique, de son mode de vie, de se que cela nous entraîne à faire et des plaisir que cela nous procure. Grâce à eux, nous avons la chance d’accéder à des paysages d’une beauté infinie et de découvrir la faune et la flore d’une manière ancestrale.



1ère étape : Le voyage


 Nous somme donc partis de Tarbes en début d’après midi ce fameux samedi 1er mars 2008. Nous avons roulé jusqu’à une aire de repos proche de Poitiers pour y passer la nuit. C’est là que notre compagnon de route, Jeannot, nous a rejoints. Le lendemain, nous avons roulé toute la journée en faisant des pauses pour les hommes et les chiens. Nous avons atteint la frontière Belge en début d’après-midi et nous nous sommes arrêtés aux alentours de Dortmund en Allemagne pour passer la nuit. Ce n’est que le lendemain, dans l’après-midi que nous avons atteints le port de Rostock où nous attendait déjà notre ferry le Superfast IV.


  DSC05935.JPG  DSC05947.JPG

 

DSC05953-copie-1.JPG  DSC05958.JPG

Il nous a fallu attendre le soir pour pouvoir embarquer à bord du navire et installer les chiens dans la calle sur le pont « ouvert ». Puis nous avons profité des commodités à bord pour nous reposer et nous restaurer durant les 25 heures de traversée de la mer Baltique.

 DSC05961.JPG DSC05971.JPG


Nous avons débarqués à Helsinki mercredi 5 mars à 6 heures du matin, ce qui nous a permis d’assister à la levée du jour. La capitale finlandaise est recouverte d’une petite couche de neige qui va rapidement s’épaissir au fils des kilomètres nous menant vers le Nord.

DSC05988-1-.JPG  DSC05991-copie-1.JPG

Nous avons circulés sur une route partiellement déneigée sur 650 kms qui nous a mené jusqu’à la ville d’Oulu où nous avons passé la nuit. Puis nous avons passé le Cercle Polaire à Rovaniemi, la ville du Père Noël, avant d’arrivée à notre destination : Kittila.

 

 

DSC05996.JPG

Là nous avons trouvé un endroit pour stationner les camions afin de pouvoir préparer notre départ pour notre premier raid le lendemain matin.



2ème étape : le premier raid (1ère partie)

 

 Le jour fut à peine levé que nous étions déjà en train de préparer le matériel pour charger le traîneau. La tension est palpable et chacun s’affaire aux préparatifs. Les chiens ressentent cette atmosphère plutôt tendue en s’énervant et en s’impatientant à la stake out.

 

DSC06008.JPG


Une fois les traîneaux, les chiens et les mushers prêt, le départ est lancé. Nous partons pour 6 jours de raid en autonomie complète sur une boucle de 150 kms entre Kittila et Muonio pour nous mettre en jambe.


Jour n°1 :


17 kms de piste que les chiens ont avalés en à peine 2 heures sous un soleil généreux. Lors de cette étape nous avons rencontré une bonne trentaine de motoneiges qui nous ont doublés ou croisés avec beaucoup de respect pour les chiens. Certains faisaient un détour et d’autre coupaient leur moteur mais la plupart ralentissaient suffisamment pour ne pas effrayer les chiens.

 

DSC06025.JPG


Au bout de la piste, le lac Aakenusjarvi s’étire et nous offre un kota comme abris pour la nuit. Les kotas sont des sortes de tipi en bois servant d’abri de jour pour le pique-nique. Lorsque le soleil a passé l’horizon la température est descendu à -25°C et le ciel d’encre nous a offert une petite aurore boréale blanche pour nous souhaiter la bienvenue.


DSC06038.JPG   DSC06046.JPG

Jour n°2 :


Les nuages ont envahi le ciel et nous prenons la piste sans notre compagnon, obligé de faire demi-tour. Nous avons traversé une grande zone de marécages nous conduisant au lac Akasjarvi où nous avons fait la pause. Puis nous sommes arrivés au grand lac Jerisjarvi après 30 kms de piste.

DSC06128.JPG

Au milieu de la traversée, Vango a commencé à nous montrer des signes évidents de faiblesse et nous savions qu’il nous fallait bivouaquer pour la nuit car il ne serait pas allé beaucoup plus loin. Mais nous ne pouvions pas nous arrêter à la merci du vent et du froid sur le lac. Alors nous nous sommes rapprochés d’une rive et nous avons bivouaqué sur la terrasse d’une maison inhabitée.


DSC06136.JPG

La santé de Vango s’est très vite dégradée et nous avons bien cru le perdre ce soir là.



3ème étape : le premier raid (2ème partie)


DSC06138.JPG


Au petit matin, alors que nous étions encore engourdit de sommeil, un drôle de bruit nous sort de la torpeur. Une bête sauvage est entrée sur notre campement et est en train de manger les croquettes de Vango restées dans sa gamelle. Nous levons comme un seul homme et nous découvrons notre malade en train de reprendre des forces. Quelle joie de le voir ainsi voler sa propre nourriture et partir narguer ses congénères sagement enroulés au bout de leur chaîne.


Jour n°3 :


Après les émotions matinales nous avons eu la chance d’observer 4 rennes sauvages venus à 30 mètres à peine de la maison poussés par la curiosité mais vite chassés par les aboiements des chiens.

DSC06140.JPG
Nous avions pris rendez-vous avec Jean sur le parking d’un petit café à environ 3 kilomètres de notre campement de fortune pour qu’il puisse prendre Vango au chaud dans son camion. Puis nous avons repris la piste vers Muonio. La météo s’était franchement dégradée et c’est sous la neige que nous avons traversé une magnifique forêt de sapins sur une piste étroite et sinueuse qui nous a menés au centre de vacances d’Harriniva.


DSC06178.JPG

Nous avons profité de l’occasion pour louer une « cabine », sorte de petite maisonnette au bord de la rivière.

DSC06165.JPG

Jour n°4 :

DSC06188.JPG


Après une bonne douche et une nuit passée au chaud, nous somme repartis sur la piste avec Vango dans l’attelage. Nous l’avions placé de manière à ce qu’il ne se fatigue pas trop au centre de l’attelage en position de « swing dog ».

Nous avons parcouru une vingtaine de kilomètres pour découvrir la cabane de Kuusikoma.


DSC06197.JPG
C’était un véritable petit chalet en rondin, posé à flanc de montagne et dissimulé derrière les sapins : le rêve !

Les cabanes « ouvertes » sont gérée par une sorte d’office du tourisme qui s’assure de l’approvisionnement en bois et de la propreté des lieux. Comme toutes les autres cabanes, Kuusikoma était équipé d’un poêle à bois, de tables et bancs et de bat-flancs pour dormir.


DSC06206.JPG  DSC06204.JPG

Nous serions bien restés quelques jours dans ce petit coin de paradis lapon.

Jour n°5


A notre réveil ce matin là, la température était bien remontée (environ -2°C) et la neige tombée dans la nuit commençait à fondre, étrange !!

DSC06225.JPG DSC06254.JPG

Nous avons repris la piste vers une autre cabane située à une vingtaine de kilomètre, mais arrivée à proximité nous ne l’avons jamais trouvé. Nous avons fait la pause pour reposer les chiens et faire le point sur notre situation. L’après-midi était à peine entamée et les chiens étaient en forme, nous nous trouvions à un peu moins de 20 kilomètres du Aakenuskota (où nous avions dormis le premier soir). Nous avons donc décidé de poursuivre notre chemin en espérant que les chiens est assez de forces pour nous conduire au kota sinon nous nous arrêterons pour bivouaquer.

DSC06279.JPG DSC06278.JPG

Avant de repartir nous avons donné une double ration de boudin de saint doux aux chiens pour leur faire plaisir.
Nous avons la grande joie de voir les chiens se surpasser pour nous permettre d’atteindre notre objectif et la grande surprise qu’ils y soient arrivés sans y laisser trop de forces.


DSC06290.JPG


Jour n°6 :


Après notre petite nuit au pied du foyer du kota, nous attaquons la dernière étape de ce premier raid. 17 kilomètres pour rejoindre le camion et y retrouver notre compagnon de route qui nous y attendait.
Il nous tardait de savoir comment l’Iveco avait supporté les 6 derniers jours et dans quel état allions nous retrouver le ravitaillement alimentaire ou plutôt à quelle température : positive ou négative !


DSC06296-1-.JPG
Après que les chiens aient retrouvé leur place à la stake du parking, nous avons eu la joie de retrouver non-congelés le vin, le jus d’orange, le fromage et le gaz du chauffage. 


Jour n°7 :

 

DSC06299.JPG

Une journée de repos bien méritée pour les chiens qui se sont prélassés dans les boxes du camion. Quand à nous, nous en avons profité pour aller à Kittila pour nous ravitailler, envoyer quelques cartes postales aux proches et planifier notre second raid.

Nous avons décidé de changer de parking et de monter 80 kms plus au nord vers Muonio afin de pouvoir amener les chiens au-delà d’Enontekio situé à 150 kms au nord de Kittila.



5ème étape : le deuxième raid (1ère partie) :


 Jour n°8 :


Pour ce nouveau raid, nous avions opté pour la montée vers Enontekïo puis le plus possible vers le nord sur une piste en aller-retour et nous avions décidé de partir pour 10 jours d’autonomie hommes et chiens.

DSC06322.JPG DSC06331.JPG

La première étape nous a conduit jusqu’au lac Vuontisjarvi après 21 kms de piste. Lors de cette étape les paysages étaient très variés et sont passées de la traversée des lacs à la petite piste étroite serpentant entre les sapins d’une forêt assez dense.

DSC06352.JPG DSC06357.JPG

 

Lors de la pause, Leroy, le plus âgé des chiens de Jeannot, avait embarqué dans son traîneau car il était incapable de suivre le rythme imposé par le reste de l’attelage.

DSC06348.JPG

A notre arrivée à la cabane de Vuontisjarvi, un groupe de pilote de motoneige terminait la pause café dans le kota placé à côté. Leur guide lapon nous a invité à partager le reste du café encore chaud avant de disparaître derrière l’horizon du lac.

DSC06361.JPG DSC06364.JPG

Nous nous sommes donc installés dans ces lieux. Nous avons installé les chiens derrière la cabane, à l’abri des pins pour les protéger du vent venu du lac situé à 20 mètres de la cabane. Nous nous sommes offert une petite balade sur le lac avant de nourrir les chiens et de nous installer auprès du poêle.

 Jour n°9 :

La piste que nous avons emprunté ce jour là était bien plus vallonnée que la veille ce qui nous avait obligé à plusieurs reprise à marché à côté du traîneau pour soulager les chiens.

DSC06446.JPG       DSC06417.JPG

Ce fut aussi l’étape des parcs à rennes que nous avons traversé en franchissant des portes assez particulières construite pour empêcher les rennes de sortir et permettre aux voyageurs de traverser les parcs.

 

DSC06395.JPG DSC06433.JPG

Puis, après 25 kms de piste, nous sommes arrivés à la cabane de Puolitaival. Elle était perchée sur un petit mamelon et accompagnée de plusieurs autres cabanes abandonnées. Elle surplombait la rivière Siosjoki que nous avons traversé par son lit en arrivant au pied d’un joli pont de bois ne servant que lorsque la neige a disparu.
DSC06454.JPG            DSC06489.JPG

Le gris du ciel commençait à laisser place au soleil couchant ce qui a fait dégringoler les températures obligeant les chiens à retrouver leurs instincts de survie qui ont aussitôt creusé leur trou pour la nuit.

DSC06510.JPG DSC06521.JPG



6ème étape : le deuxième raid (2ème partie) :


 Jour n°10 :

La température était bien descendue cette nuit là et les arbres s’étaient drapé d’une couche de givre blanc nous offrant un paysage surnaturel.

 

DSC06534.JPG

Nous avons suivis la rivière Siosjoki jusqu’à Enontekïo sur une piste serpentant entre des arbres qui semblaient avoir oublié de grandir perché sur de petits mamelons.

 

DSC06546.JPG  DSC06587.JPG

Puis après avoir laissé derrière nous la ville et son lac Ounasjarvi, la piste s’est élevée pour finalement ressembler à nos Pyrénées nous obligeant à fournir beaucoup d’efforts pour aider les chiens à hisser le traîneau au sommet des tunturis.

DSC06605.JPG

Enfin, après 35 kms et 5 heures de traîneau nous sommes arrivés à la cabane de Nakkala se situant sur les berges de la rivière Narpistojoki.

DSC06614.JPG

En fin de journée 2 pilotes de motoneige finlandais terminant leur périple de 900 kms à travers la Finlande, la Suède et la Norvège se sont arrêtés pour nous faire partager leur histoire.

Jour n°11 :

Au matin, nous avons eu du mal à repérer nos chiens enfoui sous une petite couche de neige qui n’a pas cessé de tomber tout au long de la nuit. La piste, elle aussi, était difficile à suivre ce qui nous a obligé à utiliser 3 chiens de tête (Nevada en libre et Orlik et Briska) pour ne pas s’égarer dans la tempête.


DSC06618.JPGDSC06619.JPG

Un pont effondré nous a forcé à faire un grand détour au risque de perdre l’Artic Trail. Pour réussir à la rejoindre, Thierry a du chausser les raquettes afin de damer la piste devant l’attelage pour nous permettre de sortir d’une zone de marécage et de retrouver notre chère piste de motoneige bien dure.

DSC06621.JPG 
Nous sommes arrivés sur le lac Palojarvi que nous avons traversé à tâtons où de l’autre côté se trouvait une station essence proposant des cabines à louer pour la nuit. Etant donné les forces que nous avions laissées sur les 20 kms parcouru en presque 5 heures et les 17 kms nous restant à parcourir pour rejoindre la prochaine cabane, nous avons jugé plus raisonnable de nous arrêter là pour la nuit.

DSC06631.JPG

De plus, Vango nous semblait de nouveau très fatigué. Nous avons donc profité de l’accueil finlandais et de la chaleur de notre abri et du sauna mis à notre disposition pour nous reposer et reprendre des forces.


7ème étape : le deuxième raid (3ème partie) :


Jour n°12 :


Le matin ensoleillé nous a réjouit après la tempête de la veille et nous a motivé pour l’étape la plus longue du raid soit 40kms qui nous conduira jusqu’à Hetta et la cabane de Muotkajarvi.


DSC06672.JPG DSC06692.JPG

Dès les premiers kilomètres, nous avons traversé un parc où les rennes s’étaient rassemblés pour nous voir passer et les chiens ont réellement apprécié ces spectateurs.

DSC06662.JPG
Puis nous avons traversé lacs et marécages jusqu’à la ville d’Hetta où il ne nous restait plus que 10 kms à parcourir et chercher la cabane. Vango a terminé l’étape dans le traîneau, emmitouflé dans une peau de rennes suite à une rechute de saignements gastriques.

DSC06683.JPG DSC06699.JPG

Tout le reste de l’équipe, mushers compris, a du fournir plus d’efforts afin de rallier notre but : une petite cabane cachée derrière un léger rideau de pins à la pointe d’une petite île sur le lac Muotkajarvi.

 

Jour n°13 :

 
 

Après 5 étapes et 140 kms l’attelage avait mérité une journée de repos. Nous avons profité de se trouver dans un cadre magnifique pour nous reposer, soigner Vango et réparer le traîneau qui souffrait d’un patin cassé lors d’une traversée de route.
DSC06705.JPG         DSC06706.JPG

La cabane de Muotkajarvi était très petite, à peine 3 mètres sur 3, mais très typée petit chalet de montagne. Ce fut l’endroit idéal pour rester plusieurs jours et profiter des lieux. Nous nous sentions comme seuls sur terre, avec nos chiens et nous touchions du doigt notre conception si particulière du bonheur.



8ème étape : le deuxième raid (4ème partie) :

 

Jour n°14 :

DSC06852.JPG

Ce matin le traîneau était réparé et Vango reposé, nous avons donc décidé de partir jusqu’à la ville d’Hetta pour nous ravitailler. Nous nous sommes lancés sur la piste tracée sur le lac Ounasjarvi menant à la civilisation au levé du jour. Les chiens étaient particulièrement en forme et la température suffisamment basse pour nous obliger à rajouter une couche vestimentaire.

DSC06841.JPG DSC06843.JPG

En arrivant en ville, les chiens sont restés concentré malgré le burlesque de la situation. Nous avons emprunté la piste réservée aux piétons et vélos le long de la route et nous avons stoppé les chiens devant le supermarché au centre de la ville le temps de quelques emplettes. Puis, nous sommes repartis sur le lac après avoir pris 2 ronds-points et traversé la route.

DSC06856.JPG

Sur le chemin du retour, nous nous sommes retrouvés nez à nez avec un troupeau d’une trentaine de rennes mené par 2 bergers en motoneige. Nous nous sommes écartés de la piste pour les laisser passer sous les aboiements des chiens qui se seraient bien fait une côtelette ou 2.

DSC06860.JPG

Enfin nous avons retrouvé le calme de notre petite cabane pour y passer une dernière nuit.

 

Jour n°15 :

Vango a refusé de prendre le départ, nous l'avons donc installé au chaud sur le traîneau.

DSC06877.JPG

Le temps s’était assombri dans la nuit et le vent projetait quelques flocons de neige sur le dos des chiens impatients de repartir. Nous nous sommes élancés sur le lac pour rejoindre la piste qui nous a mené jusqu’à la cabane de Puolitaival à 30 kms. Avec la remontée des températures, la 1ère couche de glace et de neige du lac s’était transformée en fondant partiellement et en formant un piège pour les plus lourds qui s’y enfonçaient sur 50 cms de profondeur. Lorsque Thierry a réussi à s’extirper du lac, ses habits ont gelés instantanément nous obligeant à nous arrêter à l’abri des arbres sur la rive afin qu’il puisse se changer.

DSC06885.JPG

Les conditions météo se sont améliorées au fil de la journée et notre arrivée à la cabane s’était faîte sous le soleil. Plusieurs voyageurs étaient déjà présents et nous avons passé la soirée et la nuit avec un couple finlandais et estonien parlant anglais.

DSC06890.JPG 

9ème étape : le deuxième raid (5ème partie) 

Jour n°16 :

DSC06903.JPG
Il a fait -25°C cette nuit et les chiens ont eu du mal à sortir de leur trou pour parcourir les 25 kms qui nous ont conduit jusqu’à la cabane de Vuontisjarvi. Nous n’avons pas reconnu le paysage sur cette piste que nous avons parcouru quelques jours plus tôt. Au détour d’un virage nous avons retrouvé notre compagnon de route venu à notre rencontre et nous avons retrouvé le lac et ses installations.

DSC06917.JPG DSC06924.JPG

A cet instant nous nous trouvions à un jour du camion mais il nous restait 2 jours avant de redescendre vers notre bateau à Helsinki. Nous avons donc décidé de profiter de l’endroit pour les dernières 48 heures à passé dans la Laponie sauvage. Notre avant dernière nuit ce déroulera dans le kota et avec tous les chiens avec nous.

DSC06992.JPG
Une bonne rigolade nous attendait lorsque tous les chiens se sont installés sur nos duvets sans avoir envie de laisser leur place à leurs maîtres. Finalement nous avons réussi à nous mettre au chaud et avons dormi tant bien que mal entre eux qui se sont rapprochés au fur et à mesure que la température descendait.

Jour n°17 :

DSC07003.JPG

Une journée de repos commençait avec le lever du soleil. Une journée pour profiter du peu de temps nous restant dans cette région polaire où nous avons vécu un morceau de notre passion avec nos chiens. Pour cette journée particulière nous avons décidé d’offrir au chien, plutôt qu’une balade en traîneau, un lâché de husky sur le lac.

DSC07027.JPG

DSC07024.JPG

A les voir s’ébattre et courir comme des chiots nous avons pensé qu’ils en étaient content. Le soir nous avons réitéré l’expérience de 12 husky pour la nuit, mais dans la cabane cette fois-ci, comme cela chacun son bas-flanc.

DSC07053.JPG DSC07074.JPG

Nous avons donc passé notre dernière nuit tous les deux dans une cabane au bord d’un lac finlandais avec tous nos chiens : le rêve, tout simplement !!!

DSC06998.JPG 

10ème étape : le deuxième raid (dernière partie) :

Jour n°18 :

DSC07107.JPG

C’est le dernier jour et cela nous rend triste mais il faut bien qu’il y en ait un. Nous nous sommes préparés pour vivre une journée de dernière fois : la dernière cabane, le dernier lac, la dernière forêt, et la dernière piste avant de retrouver notre camion sagement stationné là où nous l’avions laissé il y a 11 jours.

DSC07117.JPG

Et c’est le cœur serré que nous avons rangé toutes nos affaires dans le camion sachant que nous n’en aurions plus besoin. Les chiens, eux semblaient contents de retrouver leur camion et étaient pressé de s’y rouler en boule dans les boxes. Ce soir là, nous n’avons pas fait de vieux os et nous nous sommes mis au lit de bonne heure afin d’être en forme pour faire la route du retour.

Le retour :

La bouteille de gaz du chauffage n’a pas tenue la nuit entière, résultat : -13°C au réveil dans le camion, dur dur ! De plus l’iveco n’a pas supporté le froid de la nuit et a refusé de démarrer. Nous avons mis toute la matinée avant de réussir à le mettre en route pour pouvoir enfin partir. Mais la Laponie n’avais pas fini de nous montrer son attirant pouvoir et semblait ne pas vouloir nous laisser repartir. Après les difficultés au démarrage ce fut une roue totalement dégonflée qui nous a forcée à stopper notre descente vers le sud et qui nous a retardé un peu plus.

DSC07140.jpg DSC07128.jpg

En fin de journée nous sommes arrivés à Rovaniemi sur le mythique site du cercle polaire et du village du Père Noël où nous avons fait une petite halte.
Pour notre dernier jour en Finlande, la météo nous a offert une magnifique tempête de neige glaciale sur près de 400 kms rendant notre parcours bien dangereux.

DSC07144.jpg

Mais finalement nous sommes arrivés à Helsinki à temps pour embarquer sur le Superfast IV qui nous attendait au port pour nous ramener en Allemagne.
DSC07164.jpg           DSC07166.jpg

Nous avons parcouru les derniers 2000 kms en roulant de jour comme de nuit afin d’arriver le plus tôt possible chez nous pour nous ménager un petit délai pour reprendre le cours de notre vie citadine.

 DSC07170.jpg

Nous avons vécu une aventure formidable où nous avons découvert une nature aussi sauvage que magnifique, où nous avons rencontré un peuple accueillant et serviable ayant su s’adapter parfaitement aux rudesses du climat. Nous avons aussi vu nos chiens se libérer du poids de leur vie sédentaire pour retrouver leurs instincts presque sauvages. Nous avons admiré leur courage et leur détermination à nous mener au bout de chaque étape en ayant l’envie de repartir le lendemain. Nous avons découvert en nous des ressources enfouis sous le carcan du confort qui nous ont apporté plus de joie et de bien-être que nous l’aurions imaginé. Nous sommes déjà impatients de repartir pour parfaire nos expériences lapones. Bientôt, c’est sûr !

Archives

À propos

L'histoire d'une meute de Husky et de leurs mushers